Le recouvrement de Jésus au Temple

Contemplons

Jésus parmi les docteurs de la loi, Dirck van Baburen

Méditons

Essayons d’imaginer l’angoisse de Marie et Joseph pendant ces trois jours de recherche. Jésus, leur unique enfant, est perdu sans qu’il n’y ait de leur faute. Les chances de le retrouver sont infimes car ils ont déjà fait une journée de marche et qu’il y a, par les routes et à Jérusalem, une foule immense venue pour les fêtes pascales. La situation sera la même vingt ans plus tard quand Jésus entrera dans Jérusalem au moment de Pâques, sur un âne, au milieu d’une foule immense.

Marie ne s’est jamais plainte de rien mais son angoisse de la perte de Jésus a été telle, qu’aujourd’hui elle sort de sa réserve et en fait le reproche à Jésus. Ce sera la seule et unique fois. Vingt ans plus tard, elle perdra Jésus une seconde fois pendant trois jours dans des circonstances autrement plus tragiques. Cette fois-là, elle ne dira plus rien et se tiendra silencieuse au pied de la Croix de son Fils qui encore une fois est « aux affaires de son Père. »

Il est curieux de voir Jésus au milieu des docteurs de la Loi. Ça l’est d’avantage encore quand on observe ces-derniers écouter et interroger l’enfant, l’admirer pour la sagesse de ses réponses. Probablement que ce seront ces mêmes docteurs qui vingt ans plus tard interrogeront Jésus lors des différents procès, le traiteront de blasphémateur et le feront crucifier. Pourquoi ne comprennent-ils plus Jésus, pourquoi n’admirent-ils plus la sagesse de ses réponses ?

Marie retrouve Jésus au bout de trois jours de recherches. Dans vingt ans, elle le retrouvera après trois jours de désolation, le matin de pâques.

C’est au temple que Marie et Joseph retrouvent Jésus. Ils ont épuisé toutes les solutions envisageables, ont interrogé toutes les personnes susceptibles de disposer d’un indice qui permettrait de le retrouver. L’heure de Dieu a sonné. Il ne reste plus qu’une seule solution : s’en remettre à Celui pour qui rien n’est impossible. C’est dans cette perspective qu’ils se rendent au temple et, finalement, y retrouvent leur enfant. Par leur exemple, ils nous apprennent que Jésus se laisse trouver par ceux qui le cherchent sincèrement et qu’on le recouvre infailliblement dans le temple, autrement dit dans les sacrements.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…).

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Cœur Sacré de Jésus, uni au Cœur Immaculé de Marie et au Cœur très chaste de Joseph, nous vous consacrons nos personnes, nos biens et nos projets. Guidez-nous selon la volonté du Père Eternel et accordez-nous la vivification des dons du Saint-Esprit pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire