Le portement de Croix

Jésus portant la croix, Le Titien

Méditons

Dans l’épreuve, portons nos regards sur Jésus et ne le quittons pas des yeux du cœur. Il est le Dieu fort qui porte sur son épaule la croix, l’insigne de sa royauté (Is 9, 5). Oui, sous des apparences d’extrême faiblesse, il est le Dieu fort qui va jusqu’au bout de l’œuvre que le Père lui a confiée.

Sur le chemin du Calvaire, Marie est là, profondément unie à Jésus. C’est de lui, son Sauveur et son Fils, que lui vient la force de le suivre.

Comme Jésus, elle ne dit rien. A vue humaine, elle aurait toutes les raisons de craindre pour elle, pour Jésus. Pourtant, elle ne cède pas à la peur, ne cherche pas à détourner Jésus de son œuvre de rédemption. Au contraire, elle s’unit à lui et, avec lui, se donne au Père, pour notre salut.

La souffrance de Marie est féconde car fondue dans celle de Jésus. Elle est une participation à la rédemption du monde. Jésus, lui donne, comme à nous, de ne pas souffrir en vain. La souffrance de celui qui a peur ne peut pas être féconde car elle lui est incompréhensible, insupportable.

Dans les épreuves, quelles qu’elles soient, soyons profondément unis à Jésus par Marie, pour ne pas succomber à la peur.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (Prière que Notre Dame de Fatima souhaite à la fin de chaque dizaine du chapelet).

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre Règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen. (Prière des Servantes de l’Eucharistie).

Saint Michel, archange, défendez-nous dans le com­bat, soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus dans le monde pour la perte des âmes. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

Laisser un commentaire