Le plus précieux des cadeaux

Contemplons

Icône de Jésus et saint Jean, le disciple bien-aimé

Méditons

Parler de l’amour de Jésus avec les mots et les références de ce monde, relève du défi même si, au premier abord, le sujet parait simplissime. En effet, avec quels mots, quels comparatifs, décrire l’amour de celui qui a tout pour celui qui n’a rien en propre, de celui qui peut tout pour celui qui sans lui ne peut rien, de celui qui veut tout donner pour celui qui sans cesse le repousse, de celui qui ne cesse de choisir de s’abaisser vers celui qui, pour sa propre perte, ne cesse de vouloir s’élever en vain jusqu’à lui, se laissant séduire par les mots empoisonnés de l’antique serpent : « vous serez comme des dieux (Genèse 3, 5). »

En effet, avec Jésus les rapports sont inversés. L’amour de Jésus est ce que nous avons de plus précieux parce que c’est dans son amour que tout, sans exception aucune, nous est donné, aussi bien l’existence que la joie, le succès, les revers, même les souffrances, et surtout le salut. Souvenons-nous : ne nous appartient en propre que ce dont nous ne serons pas dépouillés au moment de la mort à savoir nos bonnes œuvres, celles faites pour l’amour de Jésus, et nos péchés (non absous !) à savoir nos manques d’amour pour Jésus.

Tout ce que Jésus nous donne est gratuit, sans aucune contrepartie si ce n’est l’amour. Or nous vivons dans un monde où tout est monnayé et monnayable, où les choses les plus inutiles deviennent les plus chères. Ainsi, les produits de luxe peuvent nous être agréables mais ne constituent aucune nécessité et pourtant à quels sacrifices certains sont-ils prêts pour les acquérir ? Et l’amour de Jésus est regardé comme sans importance, au mieux comme évident.

L’amour de Jésus nous est évident car dans son amour Jésus est fidèle. Et jamais l’amour de Jésus ne nous sera retiré ! Que deviendrions-nous, si Jésus cessait de nous témoigner son amour ? Il en serait comme de notre santé : c’est quand nous la perdons que nous nous rendons compte de ce qu’elle représente, qu’elle est notre seconde plus grande richesse, la première étant l’amour de Jésus qui nous donne tout y compris la santé de l’âme et du corps.

Mais cette situation ne se produira jamais car jamais Jésus ne cessera de nous aimer sans aucun regret de sa part. Et jamais nous n’aurons besoin de payer ce qui est en-dehors de nos moyens et pourtant le plus nécessaire au maintien de notre vie : l’amour de Jésus !

Nous sommes aimés de Jésus, gratuitement : c’est bien la preuve que Jésus est Dieu car s’il pensait comme nous, jamais il n’accepterait de donner autant sans aucune contrepartie de notre part et de persévérer dans son amour pour nous malgré nos ingratitudes !

Prions

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, par le Cœur Immaculé de Marie et le Cœur Sacré de Jésus, nous vous offrons 33 000 fois avec tous les Anges et tous les Saints,

le Corps, le Sang, l’Ame, la Divinité, la Sainte-Face, l’amour eucharistique, toutes les blessures, larmes, souffrances de votre très cher Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ que nous aimons tant,

en union avec les douleurs, les larmes, l’amour de la Très-Sainte-Vierge Marie,

les mérites de tous les anges et de tous les saints,

de toutes les saintes Messes et Communions passées, présentes, futures,

les saints rosaires et autres prières,

et dans les Plaies de Jésus-Christ notre propre néant avec Lui, en Lui et par Lui,

pour la conversion des pauvres pécheurs, en réparation des péchés du monde entier, pour la sainte Eglise catholique, le Saint-Père, les cardinaux, les évêques, les prêtres, les consacrés, les pauvres âmes du purgatoire, les malades, les agonisants et toutes les personnes qui nous ont été recommandées. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles défunts, reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire