Une lumière éblouissante jaillit du tabernacle

Contemplons

Notre Dame d’Akita

Méditons

Le 12 juin 1973 (nous sommes dans la semaine qui suit la Pentecôte), alors que sœur Agnès s’apprête à ouvrir le tabernacle pour l’adoration, une lumière éblouissante en jaillit qui remplit toute la chapelle. Quand les autres sœurs arrivent, sœur Agnès leur demande si elles ne voient rien de particulier. Elles répondent par la négative. Sœur Agnès ne dit rien de ce qu’elle est en train de vivre. Le lendemain matin le même phénomène se reproduit.

Le jeudi 14 juin (jour dédié au Saint-Sacrement), sœur Agnès voit jaillir du tabernacle la même lumière, mais entourée d’une flamme rouge. Elle est alors bouleversée : serait-elle devenue folle ? Personne, en effet, ne semble s’être aperçu de quoi que ce soit.

Une semaine s’écoule. Le 24 juin 1973, dimanche, solennité de la Fête-Dieu et nativité de saint Jean-Baptiste, Mgr Itô évêque du lieu et fondateur de l’Institut des Servantes de l’Eucharistie, célèbre la messe. Au cours de son homélie, il dit : « Cette communauté a été consacrée au Saint-Sacrement et doit approfondir tout spécialement la dévotion au Cœur du Christ présent dans l’Eucharistie. » Sœur Agnès se sent de plus en plus brûler d’amour pour le Seigneur.

Le jeudi suivant, 28 juin, veille de la fête du Sacré-Cœur, elle est en adoration silencieuse, à la chapelle, avec ses compagnes. Soudain, « … une lumière éblouissante jaillit du Saint-Sacrement… et quelque chose qui ressemble à de la brume ou de la fumée se met à flotter autour de l’autel en enveloppant le rayon de lumière. Ensuite apparait une multitude d’êtres semblables à des anges. »

L’évêque étant toujours là, Sœur Agnès va se confier à lui. Mgr Itô la rassure mais l’invite à garder le silence sur ces événements et à prier devant le Saint-Sacrement.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (Prière que Notre Dame de Fatima souhaite à la fin de chaque dizaine du chapelet).

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre Règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen. (Prière des Servantes de l’Eucharistie).

Saint Michel, archange, défendez-nous dans le com­bat, soyez notre secours contre la malice et les embuches du démon. Que Dieu lui fasse sentir son empire, nous vous le demandons en suppliant. Et vous, prince de la milice céleste, par la vertu divine, refoulez en enfer, Satan et les autres esprits mauvais qui sont répandus dans le monde pour la perte des âmes. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen. 

Laisser un commentaire