« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, vivre les béatitudes

Contemplons

Carl Bloch, le sermon sur la montagne

Méditons

Si l’on veut savoir où l’on en est de sa sainteté personnelle, il suffit de confronter sa vie aux béatitudes proclamées par Jésus lors du sermon sur la montagne (Mathieu 5, 3-12). Mais, on renonce souvent à l’exercice avant d’avoir atteint la dernière béatitude, découragé par la hauteur du niveau à atteindre, déçu par nos faibles performances.

Si on fait le même test avec Marie, on se rend compte qu’elle les a pleinement vécues et que personne ne les illustre mieux qu’elle. En effet, personne, plus que Marie, n’a reçu l’enseignement de Jésus et l’a mis en pratique ; personne, plus que Marie, n’a atteint un tel sommet de sainteté ; personne, plus que Marie, a traduit dans sa vie tout ce que Jésus a montré et enseigné.

Qui, plus que Marie, a été pauvre en esprit, elle qui a reçu dans la simplicité de la foi tout ce que Jésus a enseigné ; qui, plus qu’elle, s’est ainsi rendue digne du Royaume des cieux ?  

Qui a été plus doux que Marie, elle qui s’est faite l’humble servante du Seigneur et du salut de tout homme se rendant ainsi digne de recevoir la terre en héritage ?

Qui, plus que Marie, a été affligée, elle qui a souffert pour l’amour de Jésus jusque sous la croix du vendredi-saint devenant la plus digne d’être consolée ?

Qui, plus que Marie, a été affamée et assoiffée de justice, elle qui, se renonçant sans cesse, s’est conformée en tout à la volonté divine ? Qui, plus qu’elle, a été rassasié et altéré, elle qui proclame dans le magnificat que le Tout-puissant comble de biens les affamés et renvoie les riches les mains vides ?

Qui, plus que Marie, a été miséricordieux, elle qui, jusque sous la croix, a pardonné aux ennemis de son enfant ? Qui, plus que Marie, a été l’objet de la miséricorde de Dieu, elle qu’il a établi la mère de la miséricorde ?  

Quel cœur a été plus pur que celui de Marie, elle que l’ombre du moindre péché n’a pas pu atteindre ? Qui, plus que Marie, est proche du Cœur de Dieu dont elle partage l’intimité la plus profonde ?

Qui, plus que Marie, a œuvré pour la paix, elle qui a donné au monde le prince de la paix ? Qui, plus que Marie, est alors digne du titre de fille de Dieu ?

Qui, plus que Marie, a été persécutée pour la justice, elle qui s’est unie à Jésus jusque dans sa passion ? Qui a été établi plus haut qu’elle dans le Royaume des Cieux dont elle est la reine ?

Qui, plus que Marie, a été persécuté et calomnié à cause de Jésus, elle qui s’est donnée au Père avec Jésus et s’est unie totalement à sa Passion ? Qui, plus que Marie, est digne du bonheur promis par Jésus dans le Royaume des Cieux à ceux qui auront souffert pour son amour ?

Si, Marie est heureuse pour l’éternité, c’est parce qu’elle a cru et pas uniquement le jour de l’Annonciation mais chaque jour, chaque instant de sa vie, dans les moments de joie comme dans les jours plus sombres. Et si son bonheur est parfait, c’est parce que sa sainteté a été parfaite. Elle a entendu Jésus proclamer : « soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mathieu 5, 48). Cette parole aussi, elle l’a retenue, méditée dans son cœur et mise en pratique.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, choisir d’être saint et rien de moins.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, avancer en sainteté malgré les obstacles ou plutôt grâce à eux.

« Être Marie pour Jésus » c’est, comme elle, vivre les béatitudes.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Jésus qui êtes réellement présent dans l’Eucharistie, je joins mon cœur à votre Cœur adorable, immolé en perpétuel sacrifice sur tous les autels du monde, louant le Père et implorant la venue de votre règne, et je vous fais l’oblation totale de mon corps et de mon âme.

Daignez agréer cette humble offrande comme il vous plaira, pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Sainte Mère du Ciel, ne permettez pas que je sois séparé de votre divin Fils, et gardez-moi toujours comme votre propriété. Amen.

(Prière des Servantes de l’Eucharistie. Lors de la troisième apparition à Akita, au Japon, le 6 juillet 1973, Marie demanda que les religieuses, Servantes de l’Eucharistie récitent cette prière avec assiduité en faisant attention à chaque mot et en ajoutant dorénavant le mot « réellement ». Les apparitions d’Akita ont été reconnues par monseigneur Itô à Pâques 1984).

Cœurs unis de Jésus, Marie et Joseph, que votre règne arrive.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire