14ème Station : « Mon corps est enseveli »

Chemin de croix de l’église du Sacré-Cœur de Dresden, Allemagne

MEDITATION

« C’est devant un tombeau renfermant mon cadavre que Marie a veillé, attendant le moment de mon retour, de ma résurrection…  priant, jeunant, se rappelant tous les passages de l’Ecriture qui parlent de ma résurrection… se rappelant toutes mes paroles qui l’annoncent… détruisez ce sanctuaire et je le rebâtirai en trois jours… jamais, ma mère n’a cédé à la moindre tentation de désespoir… jamais elle n’a perdu la foi en ma résurrection… et pourtant le démon a tout mis en œuvre pour l’amener à la désespérance… s’il a osé me tenter dans le désert au moment où j’étais affaibli par mon jeûne de quarante jours, pourquoi se serait-il privé de tenter Marie au moment où le glaive de douleur prophétisé par Siméon transperce son âme… quelle victoire pour lui s’il avait pu l’amener à douter de ma résurrection… Souvenez-vous toujours, vous qui doutez de moi à la moindre contrariété, que Marie, la reine des martyrs, est votre mère, mais aussi votre sœur dans la foi, que son lumineux exemple vous précède… Marie a cru jusqu’au bout, malgré les apparences et contre toute espérance… Marie a veillé devant un tombeau qui contenait ma dépouille mais vous, vous avez le bonheur de veiller devant des tabernacles où je demeure vivant et vrai, dans toute la gloire et la majesté de ma résurrection… ne doutez pas de ma présence et unissez-vous à Marie en attendant le jour où vous me verrez dans toute ma gloire… unissez-vous à Marie pour apprendre d’elle à ne pas vous laisser détourner de moi… »

PRIERE

Notre Père… Je vous salue… Gloire au Père… Que par la miséricorde de Dieu…

CHANT

« Faut-il que je vous aime pour le prouver ainsi ?

En moi qui vous délivre, mon Père vous a bénis.

Pour vous tous et pour chaque âme, mon Cœur s’est consumé.

Venez à moi dans vos peines, je veux vous soulager. »

PRIERE

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Debout la mère des douleurs, au pied de la croix tout en pleurs regardait Jésus mourir.

Et sa tristesse et son malheur plongent un glaive dans son Cœur, sa grande âme va souffrir.

Combien triste et combien cruel fut pour son Cœur si maternel, le Calvaire de Jésus.

Quel tourment, quel supplice affreux, de voir les coups si douloureux que son Fils avait reçus.

O sainte Mère, dans nos cœurs fixe l’empreinte des douleurs dont souffrait le Christ en Croix.

Laisse-nous, Vierge de bonté, Vierge de grâce et de clarté nous repentir près de toi. Amen.

(Mélodie : « stabat Mater »)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire