Le jour des défunts

Retable de l’autel des âmes du purgatoire (au milieu, les Saints qui intercèdent auprès de la Sainte Trinité pour les âmes du purgatoire), église Saint-Germain et Saint-Louis de Laz

Méditons

Hier nous nous sommes réjouis avec la multitude des Saints du Ciel : ils sont arrivés au bout du chemin et vivent dans une joie sans fin. Aujourd’hui, l’Eglise nous invite à nous soucier, pour leur venir en aide, de ceux qui sont encore en chemin pour le Ciel à savoir les âmes du Purgatoire.

C’est saint Odilon, abbé de Cluny, connu pour cultiver une grande charité pour les âmes du Purgatoire, qui a institué ce jour en 998, au lendemain de la Toussaint. Très vite, il a été étendu à l’Eglise entière qui, depuis toujours, a eu souci de secourir les âmes souffrantes. L’Eglise militante (la communauté des croyants en pèlerinage sur la terre) vient, en ce jour, en aide à l’Eglise souffrante (les âmes du Purgatoire) par voie de suffrage pour hâter son entrée au Ciel.

Il n’y a pas plus heureux et en même temps plus malheureux qu’une âme du Purgatoire. En effet, ces âmes souffrantes sont heureuses parce qu’elles savent qu’elles sont sauvées, qu’elles sont destinées à rejoindre le Ciel après leur purification, parce qu’elles ne pourront plus jamais commettre le moindre péché (et ainsi contrister le Créateur). Elles sont heureuses parce qu’elles ont entrevu une étincelle de la gloire de Dieu lors du jugement particulier et que cette simple vision a fait naitre en elles le désir inextinguible de voir et de posséder Dieu. Elles sont heureuses parce qu’elles connaissent, à présent, toute l’ampleur du don de Dieu et du Salut. Enfin, selon bon nombre de mystiques, comme sainte Françoise-Romaine, les âmes du Purgatoire ont la joie de recevoir la visite régulière de la Sainte-Vierge (voir Marie, c’est déjà voir le Ciel !) qui vient les encourager et les consoler dans leurs peines. Elle quitte chaque fois le Purgatoire en emmenant avec Elle des myriades d’âmes auxquelles  Elle a appliqué les Messes, les rosaires, les prières et les bonnes œuvres que l’Eglise militante lui a cédés par voie de suffrage. Marie est la « consolatrice des affligés » même au Purgatoire.

Mais alors, pourquoi les âmes du Purgatoire sont-elles malheureuses, me direz-vous ? Si le Purgatoire est le lieu, par excellence, de la miséricorde, il est aussi celui de la justice divine. En effet, en Purgatoire, chaque âme souffre par là où elle a péché, selon ce qu’elle a péché et en a une vive conscience (certains trouveront ce discours un peu obscurantiste mais je les invite à consulter le catéchisme de l’Eglise catholique !). Le péché constitue une dette personnelle que l‘on contracte vis-à-vis de Dieu. Cette dette est « remboursée » sur terre par la prière et la pénitence. Les âmes du Purgatoire sont celles qui sont mortes en amitié avec Dieu (non coupables de péchés mortels !) mais sans avoir suffisamment prié et fait pénitence pour pouvoir accéder directement au Ciel. Parce qu’elles savent qu’il est infiniment juste qu’elles se trouvent en Purgatoire (qui est, rappelons-le toujours et encore, une invention de la miséricorde de Dieu !), parce qu’elles savent qu’elles ne souffrent pas un iota de plus que ce qu’elles ont mérité, parce qu’elles savent quelle est la beauté du Ciel, aucune de ces âmes ne souhaite échapper à sa souffrance purificatrice. La plus grande détresse des âmes du Purgatoire réside dans le fait qu’elles ne peuvent rien pour elles-mêmes, qu’elles pourraient être secourues par leurs proches encore sur terre et que ces-derniers s’y emploient aussi peu qu’elles-mêmes l’ont fait de leur temps ! Les âmes du Purgatoire ne peuvent rien pour elles mais elles prient pour tous leurs bienfaiteurs et peuvent leur obtenir bien des grâces de choix car étant « des pauvres par excellence », elles ont un grand pouvoir sur le Cœur de Dieu !

Imaginons, la reconnaissance d’une âme que nous aurions aidée par nos prières, à quitter le Purgatoire pour le Ciel. La seule vision de sa joie est déjà une grande récompense ! Imaginons notre joie, quand, en plus, il s’agit d’une personne que nous avons connue, voire aimée…  Au Ciel, cette âme ne cessera d’intercéder auprès de Dieu afin que nous puissions, nous aussi, rejoindre le Ciel sans encombre et que, si nous devions passer par le Purgatoire (pour ma part, j’enlève le « si » !), nous aussi nous soyons secourus.

Saint Jean Macias a cultivé une grande charité pour les âmes du Purgatoire ; il priait notamment le rosaire à leur intention. Grâce à ses prières, il a délivré 1 400 000 âmes du Purgatoire. Ce fait est tellement certain qu’il a été inséré dans sa bulle de béatification (ce que l’Eglise ne fait d’habitude jamais !). Au moment de sa mort, il a particulièrement éprouvé l’assistance de toutes les âmes qu’il a secourues.

Nous aussi, faisons-nous des intercesseurs parmi ces chères âmes souffrantes, notamment aujourd’hui, en ce jour des morts. Participons à la Messe et prions pour elles : elles prieront pour nous !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés. Préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde. (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet)

O saints Patriarches et Prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints Apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours d’avantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints Martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyre. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints Confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes Vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos Saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen. (Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes Saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites »)

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire