Neuvaine de l’Assomption 2020 : 8ème jour

A l’Annonciation, Marie se présente comme la petite servante du Seigneur, celle qui se met entièrement à son service, lui consacre toute sa personne, ses ressources, sa vie-même. Dans la bouche de Marie, s’abandonner à la volonté divine, ce ne sont pas de vains mots, qu’elle prononce à la légère, mais tout un programme de vie qu’elle s’est fixé bien avant la visite de Gabriel.

Elle garde tous les évènements de la vie de Jésus dans son Cœur pour les méditer, en tirer un enseignement, agir en conséquence. Les Evangiles nous disent par trois fois que Marie « conservait tous ces évènements les méditant dans son cœur. » Lors de la Nativité, de la visite des mages et lors du recouvrement de Jésus au temple. C’est dire que c’est une habitude chez Marie et qu’elle s’appuie sur Jésus, le Sauveur pour réaliser son salut. A aucun instant Marie ne s’est rendue compte de toutes les perfections que Dieu a mises en elle. Au contraire, elle se jugeait aussi misérable que nous tous. Mais, bien plus humble que nous, elle savait que sans Jésus elle ne peut rien faire et que c’est de sa bouche que sortent les paroles de la vie éternelle, celles qui indiquent le chemin vers le royaume, celles qu’il plait à Dieu que nous réalisions. Aussi, elle écoute tout ce que dit Jésus, observe tout ce qu’il fait et en conserve le souvenir dans son Cœur.

Si Marie est la première des sauvés, la pleinement rachetée, si sa gloire est sans égale, c’est parce qu’elle s’est toujours défiée d’elle-même pour ne se reposer que sur Jésus, lui a fait confiance et mis en pratique tout ce qu’il a enseigné. Dans son Magnificat, elle proclame que « Dieu renverse les puissants de leurs trônes et exalte les humbles. » Elle a été la plus humble parmi les humbles, c’est pourquoi Dieu l’a exaltée jusqu’à l’élever au plus haut des cieux.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Vierge très sainte, gardez l’Eglise dans la fidélité à l’Evangile de votre Fils. Faites de tous les baptisés des témoins de la vérité et des bâtisseurs de paix.

Mère admirable, étendez votre manteau de tendresse sur chacun de nous. Veillez sur les familles, afin qu’elles connaissent le bonheur d’aimer et de transmettre la vie. Aidez les jeunes à avancer sur le chemin de la foi de l’espérance et de la charité.

Vous qui avez donné au monde le Christ Sauveur, ouvrez nos cœurs à toute détresse, inspirez nous les gestes de solidarité et d’accueil, à l’égard de nos frères et sœurs les plus fragiles.

O Notre-Dame, patronne de la France, vous qui veillez sans trêve sur notre pays, vous avez célébré les merveilles du Seigneur, vous avez chanté la fidélité de Dieu aux promesses faites à nos pères.

Nous vous bénissons, car vous avez cru en l’accomplissement de la Parole de Dieu et en son amour qui s’étend d’âge en âge. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Cette neuvaine a été enregistrée avec l’abbé Nicolas Tousch, curé de l’église Sainte-Madeleine de Strasbourg. Pour la suivre, rejoignez la chaine YouTube : le grain de sénevé

Laisser un commentaire