Neuvaine de l’Assomption 2020 : 7ème jour

Les représentations de Marie nous la montre le plus souvent en prière, abimée en Dieu, presque étrangère à tout ce qui l’entoure. Marie a aussi été une femme impliquée, qui passe de la prière à l’action, plus encore, qui s’appuie sur la prière pour mieux agir.

A l’Annonciation, Marie apprend la grossesse inattendue d’Elisabeth. Dans sa vieillesse, elle a conçu un fils alors qu’on l’appelle la femme stérile. Aussitôt, Marie forme le dessein de partir la voir pour l’aider. Saint Luc prend soin de préciser que Marie part en hâte et qu’elle n’a pas reculé devant la difficulté du voyage car il y a plus de 144 kms entre Nazareth et Ein Karem et le chemin passe par les montagnes.

A Cana, c’est elle qui se rend compte du manque de vin. Elle voit les serviteurs dans l’embarras se demander comment la fête va se poursuivre. Cela signifie qu’elle est attentive à ceux qui l’entourent, à leurs besoins et qu’elle n’hésite pas à intervenir pour les aider.

Marie est à l’écoute de tout ce que Dieu veut lui révéler dans la prière, pour ensuite se lever et faire ce qu’il attend d’elle. Lorsqu’une femme veut faire la louange de Marie en disant à Jésus, « heureuses les entrailles qui t’ont portées et le sein qui t’a nourri » (Luc 11, 27) Jésus intervient résolument pour mettre l’accent sur la véritable grandeur de Marie. « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent » (Luc 11, 28) sous-entendu et la mettent en pratique. Plus loin, Jésus dira en présence de sa mère : « qui sont ma mère, qui sont mes frères ? … celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère » (Mathieu 12, 46-50). Marie est la Mère de Jésus par la nature mais plus encore dans l’ordre de la grâce car personne, plus qu’elle, n’a écouté la parole de Jésus et l’a mise en pratique.

Les œuvres de personne n’ont été plus fécondes que celle de Marie. Et pour cause ! En personne, plus qu’en Marie, Dieu a pu déployer sa toute-puissance et combler ceux qui viennent à lui par elle.

Apprenons de Marie à prier avant d’agir pour que nos œuvres soient fécondes. Acceptons de perdre du temps en prière pour que nos actions gagnent en fécondité.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Vierge très sainte, gardez l’Eglise dans la fidélité à l’Evangile de votre Fils. Faites de tous les baptisés des témoins de la vérité et des bâtisseurs de paix.

Mère admirable, étendez votre manteau de tendresse sur chacun de nous. Veillez sur les familles, afin qu’elles connaissent le bonheur d’aimer et de transmettre la vie. Aidez les jeunes à avancer sur le chemin de la foi de l’espérance et de la charité.

Vous qui avez donné au monde le Christ Sauveur, ouvrez nos cœurs à toute détresse, inspirez nous les gestes de solidarité et d’accueil, à l’égard de nos frères et sœurs les plus fragiles.

O Notre-Dame, patronne de la France, vous qui veillez sans trêve sur notre pays, vous avez célébré les merveilles du Seigneur, vous avez chanté la fidélité de Dieu aux promesses faites à nos pères.

Nous vous bénissons, car vous avez cru en l’accomplissement de la Parole de Dieu et en son amour qui s’étend d’âge en âge. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Cette neuvaine a été enregistrée avec l’abbé Nicolas Tousch, curé de l’église Sainte-Madeleine de Strasbourg. Pour la suivre, rejoignez la chaine YouTube : le grain de sénevé

Laisser un commentaire