Neuvaine de l’Assomption 2020 : 1er jour

L’homme vaut ce que valent ses désirs dit la sagesse populaire. Marie est une femme aux désirs purs et sans limites.

Comme les patriarches et les prophètes avant elle, elle a aspiré à la venue du Sauveur. Elle l’a appelé de tous ses vœux. Elle a prié dans cette intention. Elle ne savait pas quand il viendrait mais se tenait prête pour l’accueillir, le servir le moment venu. Elle ignorait qu’elle est la Vierge prophétisée par Isaïe pour le donner au monde et, dans son humilité, cette idée ne l’a même jamais effleurée. Elle n’avait qu’un seul désir, celui de le servir de tout son cœur, de toute son âme. Si elle dit à l’archange Gabriel « je suis vierge », alors qu’elle est fiancée, c’est parce qu’elle a résolu, en union avec Joseph, son époux, de renoncer à la maternité, par amour pour Dieu, pour se consacrer entièrement à son service. Elle méditait les prophéties sur la venue du Sauveur, les retenait, en faisait son pain quotidien. Les artistes, qui ont peint la scène de l’Annonciation, nous présentent Marie, que l’ange interrompt dans la lecture des saintes écritures. C’est dire que Marie a cherché et trouvé le Sauveur dans la Parole de Dieu avant qu’il ne vienne à elle et établisse sa demeure dans son sein. Lorsque Marie dit à l’ange : « je suis l’humble servante du Seigneur » elle n’amorce pas une nouvelle étape de sa vie mais décrit ce qu’elle a toujours été, ce qu’elle a toujours voulu être.

Lorsque Jésus, le Verbe de Dieu, se fait chair dans le sein de Marie, il est déjà totalement présent dans son Cœur Immaculé, par la grâce.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O Vierge très sainte, gardez l’Eglise dans la fidélité à l’Evangile de votre Fils. Faites de tous les baptisés des témoins de la vérité et des bâtisseurs de paix.

Mère admirable, étendez votre manteau de tendresse sur chacun de nous. Veillez sur les familles, afin qu’elles connaissent le bonheur d’aimer et de transmettre la vie. Aidez les jeunes à avancer sur le chemin de la foi de l’espérance et de la charité.

Vous qui avez donné au monde le Christ Sauveur, ouvrez nos cœurs à toute détresse, inspirez nous les gestes de solidarité et d’accueil, à l’égard de nos frères et sœurs les plus fragiles.

O Notre-Dame, patronne de la France, vous qui veillez sans trêve sur notre pays, vous avez célébré les merveilles du Seigneur, vous avez chanté la fidélité de Dieu aux promesses faites à nos pères.

Nous vous bénissons, car vous avez cru en l’accomplissement de la Parole de Dieu et en son amour qui s’étend d’âge en âge. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Cette neuvaine a été enregistrée avec l’abbé Nicolas Tousch, curé de l’église Sainte-Madeleine de Strasbourg. Pour la suivre, rejoignez la chaine YouTube : le grain de sénevé

Laisser un commentaire