4ème station : « Je rencontre ma mère »

Chemin de croix de l’église du Sacré-Cœur de Dresden, Allemagne

MEDITATION

« Te voilà maman… merci de ta présence, de ta compassion… tu es le premier visage aimant que je croise sur ce chemin… pardon maman de te causer tant de douleurs… me voir dans un tel état déchire ton Cœur si doux… ton Cœur qui ne mérite tellement pas qu’on le fasse souffrir… tu connais mes pensées, les désirs de mon Cœur… tu vois au-delà des voiles de mon humanité… tu sais depuis le premier instant de ma venue en ce monde que je dois être l‘homme des douleurs annoncé par Isaïe, les prophètes, les psaumes… Personne ne le sait mieux que toi… j’ai besoin de toi, ici, sur cette route… j’ai besoin que tu me restes unie, aujourd’hui, en cette heure comme tu l’as été à chaque instant de ma vie… je ne peux t’épargner cette heure car, vois, tous ceux qui aujourd’hui me condamnent et qui, demain, me suivront portant leur croix, auront besoin de ton soutien, de ta présence sur leur chemin… lorsqu’ils crieront de douleur en portant la croix, ils doivent, comme moi, pouvoir regarder vers toi qui porte la tienne dans ton cœur, avec moi, pour eux et dans l’amour du Père… En moi, avec moi, pour moi, donne-toi au Père pour sa gloire et le salut du monde… »

PRIERE

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Debout la mère des douleurs, au pied de la croix tout en pleurs regardait Jésus mourir.

Et sa tristesse et son malheur plongent un glaive dans son Cœur, sa grande âme va souffrir.

Combien triste et combien cruel fut pour son Cœur si maternel, le Calvaire de Jésus.

Quel tourment, quel supplice affreux, de voir les coups si douloureux que son Fils avait reçus.

O sainte Mère, dans nos cœurs fixe l’empreinte des douleurs dont souffrait le Christ en Croix.

Laisse-nous, Vierge de bonté, Vierge de grâce et de clarté nous repentir près de toi. Amen.

(Mélodie : « stabat Mater »)Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

3ème station : « Je me relève pour la première fois »

Chemin de croix de l’église du Sacré-Cœur de Dresden, Allemagne

MEDITATION

« Tous ces pécheurs sauront-ils jamais, tout ce qu’ils m’ont couté… sauront-ils jamais toute l’étendue de mon amour pour toi, Père…  pour eux… tout l’amour qui m’a fait prendre sur moi la croix… le poids de leurs péchés est si lourd… je suis l’agneau sans tache et je n’aurais pas besoin d’endurer toute cette souffrance pour leur salut… parce que je suis ton Fils, parce que je suis celui qui est avant tous les siècles, une seule goutte de mon sang suffirait à couvrir la multitude de leurs innombrables offenses… mais alors comment leur montrer, Père, que ton amour vaut tous les sacrifices du monde jusqu’aux plus lourds… comment leur montrer qu’il vaut mieux souffrir mille morts que de concéder un seul péché… comment leur montrer autrement jusqu’où tu les aimes, Père… que tu les aimes jusqu’à sacrifier ton propre fils pour eux… Père, pour toi, pour eux, je veux me relever et poursuivre la route… Père, par ce relèvement qui me coute tant, donne-leur à tous de porter leurs croix à ma suite et à mon exemple, pour ta gloire et le salut du monde… «

PRIERE

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Debout la mère des douleurs, au pied de la croix tout en pleurs regardait Jésus mourir.

Et sa tristesse et son malheur plongent un glaive dans son Cœur, sa grande âme va souffrir.

Combien triste et combien cruel fut pour son Cœur si maternel, le Calvaire de Jésus.

Quel tourment, quel supplice affreux, de voir les coups si douloureux que son Fils avait reçus.

O sainte Mère, dans nos cœurs fixe l’empreinte des douleurs dont souffrait le Christ en Croix.

Laisse-nous, Vierge de bonté, Vierge de grâce et de clarté nous repentir près de toi. Amen.

(Mélodie : « stabat Mater »)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

2ème station : « Je suis chargé de la Croix »

 

Chemin de croix de l’église du Sacré-Cœur de Dresden, Allemagne

MEDITATION

« La voilà cette Croix que je crains par-dessus tout… cette croix sur laquelle je serai élevé comme, en son temps, le serpent d’airain au désert… c’est pour les guérir des plaies de leurs péchés que je vais me laisser exhiber du haut de la Croix… à tout jamais, c’est vers moi, élevé sur la croix, chargé de tous leurs péchés, qu’ils regarderont tous jusque dans les générations les plus éloignées… c’est par moi qui m’offre à toi, Père, en rançon pour leurs péchés sur cette croix que je crains tant, qu’ils seront tous sauvés… O croix que je te crains, ta seule vision me fait frémir d’horreur… mais je ne reculerai pas… je ne te refuserai pas… viens dans mes bras car c’est par toi que je glorifierai mon Père dans les cieux, le seul digne de toute louange… c’est par toi que je mènerai tous les hommes jusqu’à lui… quoi que tu me coutes, je te reçois comme le trophée de la gloire que je brule de rendre à mon Père, comme l’instrument de salut de tous mes frères… »

PRIERE

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Debout la mère des douleurs, au pied de la croix tout en pleurs regardait Jésus mourir.

Et sa tristesse et son malheur plongent un glaive dans son Cœur, sa grande âme va souffrir.

Combien triste et combien cruel fut pour son Cœur si maternel, le Calvaire de Jésus.

Quel tourment, quel supplice affreux, de voir les coups si douloureux que son Fils avait reçus.

O sainte Mère, dans nos cœurs fixe l’empreinte des douleurs dont souffrait le Christ en Croix.

Laisse-nous, Vierge de bonté, Vierge de grâce et de clarté nous repentir près de toi. Amen.

(Mélodie : « stabat Mater »)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

1ère station : « je suis condamné à mort »

Chemin de croix de l’église du Sacré-Cœur de Dresden, Allemagne

MEDITATION

« Ma vie nul ne la prend, c’est moi qui la donne. Pilate pense qu’il a le pouvoir de décider de mon sort… Il n’aurait aucun pouvoir sur moi, si toi, Père, tu ne le lui avais donné… Il n’est que l’un des instruments par lesquels s’accomplissent nos desseins de salut pour tous les hommes… Il avait compris que j’étais innocent de tous les crimes dont on m’accuse mais il a eu peur… Peur des représailles des juifs, s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent, peur de César, s’il ne parvient pas à contenir la foule… Quelle douleur atroce, ces nombreuses plaies de la flagellation, de la couronne d’épines… et cette fatigue à cause du manque de sommeil, de la perte de mon sang… et quelle tristesse dans mon Cœur… toute cette foule qui, il y a quelques jours encore, m’acclamait et qui aujourd’hui me hurle sa haine… Quelle amertume dans mon cœur de voir tous ces gens m’accuser de te blasphémer, toi, mon Père, que j’ai servi sans relâche depuis le premier instant de ma venue en ce monde…  toi pour qui je m’apprête à mourir pour qu’en moi, ils puissent tous recevoir ta vie… Père, je les entends hurler que mon sang retombe sur eux et sur leurs enfants… Père, pardonne-leur, et que mon sang retombe sur eux mais en bénédictions… pour chacun d’eux, je m’offre à toi… pour chacun d’eux, je veux parcourir ce chemin de souffrances… Père, donne à chacun d’accueillir le don de notre amour, qu’ils comprennent que pour chacun d’eux, je m’offre à toi… »

PRIERE

Une dizaine du chapelet (1 Notre Père, 10 Je vous salue Marie, 1 Gloire au Père)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Debout la mère des douleurs, au pied de la croix tout en pleurs regardait Jésus mourir.

Et sa tristesse et son malheur plongent un glaive dans son Cœur, sa grande âme va souffrir.

Combien triste et combien cruel fut pour son Cœur si maternel, le Calvaire de Jésus.

Quel tourment, quel supplice affreux, de voir les coups si douloureux que son Fils avait reçus.

O sainte Mère, dans nos cœurs fixe l’empreinte des douleurs dont souffrait le Christ en Croix.

Laisse-nous, Vierge de bonté, Vierge de grâce et de clarté nous repentir près de toi. Amen.

(Mélodie : « stabat Mater »)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Prière préparatoire

« Père, l’heure est venue de rendre toute gloire à ton nom…

Père, l’heure est venue pour moi d’accomplir tout ce que les prophètes ont annoncé…

Père, l’heure est venue d’accomplir tout ce que tu m’as ordonné, tout ce pour quoi, je suis venu en ce monde…

Père, je me donne à toi, pour mes frères, pour toutes les âmes depuis l’aube des temps jusqu’à la fin du monde… pour leur salut qu’il me tarde de réaliser pour ta gloire, pour ton amour et le leur…

Père, donne-leur, à eux, pour qui je me donne dans ma passion, d’accueillir le don de notre amour pour qu’ils aient notre vie en eux et qu’ils l’aient en abondance…

Père, au jardin des oliviers, je t’ai prié de faire passer cette coupe loin de moi si c’est possible mais que ta volonté soit faite et non la mienne…

Père, cette prière, je te l’ai faite pour toutes les âmes qui auront leur part de ma passion, afin qu’au moment du sacrifice, elles ne se dérobent pas par peur de la souffrance…

Père, par ma passion acceptée, désirée, accomplie, accorde à tous ceux qui me suivront portant la croix, la force d’aller jusqu’au bout de l’épreuve…

Père, accorde-leur la grâce de veiller et de prier pour ne pas entrer en tentation au moment de l’épreuve…

Père, accorde à tous la grâce d’imiter Marie qui en ce moment, me soutient de sa prière et s’unit à moi dans l’offrande que je te fais de moi et en moi de toutes les âmes…

Père, l’heure est venue : glorifie ton Fils afin que ton fils te glorifie… comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés…

Amen. Amen. Amen.