Jésus, la lumière du monde

Jésus, la lumière qui éclaire les ténèbres

Contemplons

Notre-Dame de la joie, Marienthal, Alsace

Méditons

Si l’on demandait à la Très-Sainte-Vierge Marie si elle a été heureuse en cette vie, elle répondrait très probablement que « oui » et rajouterait « parce que j’avais Jésus ! » Oui, Marie a été heureuse malgré les souffrances, malgré les épreuves, parce qu’elle a tout fait en union et en dépendance de Jésus qui a illuminé toute sa vie.

Personne n’a été plus uni à Jésus que Marie. Elle est sa Mère. C’est par elle que Jésus s’est fait homme. Il n’y a pas de lien plus intime entre deux personnes que celui qui relie la mère à l’enfant, surtout dans son cas où il s’agit du Créateur qui se fait homme dans sa créature.

Mais, plus encore que par le lien de la maternité, Marie a été unie à Jésus par l’adhésion du Cœur. En humble servante, elle s’est donnée à lui, son Sauveur, jusqu’à devenir la première et la plus accomplie de ses disciples. Son « oui » à Jésus, elle ne le reprendra jamais même lorsqu’il lui faudra accepter de se tenir sous la croix du vendredi-saint.

« Je suis la lumière du monde, a dit Jésus, celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jean 8, 12). Personne, plus que Marie, a cru en Jésus, a mis en pratique tout ce qu’il a enseigné ; personne, plus qu’elle, a laissé pénétrer la lumière de l’Evangile dans sa vie. Aucun cœur n’a été plus rempli d’amour pour Jésus ! Jésus n’a comblé aucun cœur davantage que celui de Marie !

Ombre et lumière se sont ainsi succédées dans la vie de Marie mais parce qu’elle n’a vécu que pour Jésus, par Jésus et en Jésus, celui qui est « le chemin, la vérité, la vie » (Jean 14, 6), la lumière est toujours venue triompher des ténèbres.

Aujourd’hui, dans le Royaume des Cieux, Marie vit dans la pleine lumière, celle qui est sans déclin. Du haut de sa gloire sans égale, elle nous invite à méditer les exemples qu’elle nous a laissés. Plus encore, elle nous engage à les imiter pour permettre à la lumière de l’amour divin d’embrasser toute notre existence et, ainsi, de nous combler de joie malgré les épreuves inévitables de cette vie. Comme la paix, la joie est un don de la charité infinie de Dieu qu’il accorde à ceux qui lui permettent, comme Marie, d’établir en eux sa demeure.

Chapelet en mains, contemplons un à un les nombreux moments de joies de Marie qui, par toute sa vie, ne cesse de proclamer à la face de toutes les générations que le bonheur, c’est une personne : Jésus-Christ !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Très-Sainte-Vierge Marie, notre Mère et notre Reine, Notre-Dame du très saint rosaire, je me consacre à votre Cœur Douloureux et Immaculé voulant me souvenir sans cesse que je vous appartiens et que vous pouvez disposer de moi pour le règne du Sacré-Cœur de Jésus. Aidez-moi à offrir aujourd’hui les sacrifices nécessaires à l’accomplissement chrétien de tous mes devoirs, à aimer et à réciter mon chapelet en m’unissant aux mystères de la vie de Jésus et de la vôtre. Amen.

Prière de Léon XIII a saint Joseph pour le mois du rosaire :

Nous recourons à vous dans notre tribulation, bienheureux Joseph, et, après avoir imploré le secours de votre très sainte épouse, nous sollicitons aussi avec confiance votre patronage.

Au nom de l’affection qui vous a uni à la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, par l’amour paternel dont vous avez entouré l’Enfant Jésus, nous vous supplions de regarder avec bonté l’héritage que Jésus-Christ a acquis au prix de son Sang et de nous assister de votre puissance et de votre secours dans tous nos besoins.

O très vigilant gardien de la Sainte Famille, protégez la race élue de Jésus-Christ. O Père très aimant, éloignez de nous toute souillure d’erreur et de corruption. O notre très vaillant protecteur, assistez-nous du haut du ciel dans le combat que nous livrons à la puissance des ténèbres. Et, de même que vous avez arraché autrefois l’Enfant Jésus au péril de la mort, défendez aujourd’hui la sainte Eglise de Dieu des embûches de l’ennemi et de toute adversité.

Couvrez-nous tous de votre perpétuelle protection, afin que, soutenus par la puissance de votre exemple et de votre secours, nous puissions vivre saintement, pieusement mourir et obtenir la béatitude éternelle du Ciel. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire