Le Crucifiement

Le Crucifiement, Rafaello Sanzio

Méditons

Jésus a toujours joint l’acte à la parole. Ainsi, juste avant d’entrer dans sa Passion, il dit à ses Apôtres : « il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jean 15, 13). Cet amour le conduit à l’ignominie de la croix. Et, du haut de son gibet, il continue d’intervenir auprès du Père pour nous en le priant à notre intention : « Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font » (Luc 23, 24). Jusqu’à son dernier souffle, Jésus n’a été que don de Lui-même, à son Père, pour nous.

Le pardon est une démarche, un chemin difficile. Jésus, mort sur la Croix, et Marie debout auprès de Lui, sont là pour en témoigner. Le pardon est une caractéristique divine : Dieu est seul à pouvoir l’accorder et Il est seul à pouvoir nous donner de l’accorder aux autres. Et, si tous les Saints ont pu pardonner à leurs contradicteurs, à leurs tortionnaires, c’est parce que Jésus leur en a fait la grâce. Le pardon est, dans certaines situations, tellement impossible sur un plan humain, que, s’il se produit, c’est parce que celui qui l’accorde, l’a lui-même reçu de Dieu comme une grâce, pour la communiquer autour de lui. Comment les martyrs, en proie à d’horribles tourments, pourraient-ils pardonner à leurs bourreaux si Dieu ne leur en faisait la grâce ? Comment sainte Maria Goretti aurait-elle pu pardonner à Alessandro, son assassin, sans le soutien de la grâce ? Comment sa mère aurait-elle pu accepter de se tenir à côté de ce même assassin le jour de la béatification de sa fille, si son cœur meurtri n’était rempli de l’amour de Jésus ?

Tous les Saints du Ciel ont mis en pratique l’enseignement de Jésus jusque dans ce qu’il a de plus difficile, à savoir pardonner et prier pour ceux qui les ont persécutés. Si difficile qu’ait été la tâche, ils l’ont fait pour l’amour de Jésus. Et parce qu’ils l’ont fait, ils ont été comme Jésus, avec Jésus, en Jésus la cause et l’origine d’un enchainement de grâces en ce monde. Pensons à saint Etienne, condamné à mort et lapidé pour son appartenance à l’Eglise. Saül fait partie de ses tortionnaires. En pardonnant de tout cœur à ses bourreaux, Etienne fait de son martyre une source de grâce, dont Saül bénéficie au premier chef : le martyre d’Etienne obtient la conversion de Saül qui devient le grand saint Paul, l’apôtre des gentils, l’un des piliers de l’Eglise de Jésus-Christ.

Le pardon n’est pas réservé aux Saints, mais il est une grâce que Dieu nous fait à tous : à nous de l’accueillir. Au purgatoire, se trouvent ceux qui n’ont pas voulu pardonner et prier pour leurs ennemis, se trouvant toutes les bonnes raisons de ne pas le faire. Notre nature est encline à leur donner raison ; nous leur ressemblons tellement. Mais ce n’est pas l’exemple que Jésus nous a donné, ce n’est pas l’enseignement qu’il a laissé. Les actes d’amour seront les plus hautement récompensés ; les manques d’amour les plus sévèrement réprimés. La foi, l’espérance passeront, l’amour ne passera pas.

Que la mort ne nous surprenne pas avant d’avoir pardonné de tout cœur à tous. Ne le faisons pas sous la contrainte, car personne n’a suffisamment de vertu et de volonté pour y parvenir par lui-même. Demandons-en la grâce comme l’ont fait les Saints. Et s’il nous reste quelques contentieux avec nos défunts, pardonnons-leur outre-tombe. Il n’est pas trop tard, et ils nous en seront éternellement reconnaissants.

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés. Préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde (Prière demandée par Notre-Dame de Fatima après chaque dizaine du chapelet).

O saints patriarches et prophètes ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, le désir que vous avez eu de l’Incarnation de Jésus et faites que j’aspire ardemment après Lui que vous avez désiré et si longtemps attendu.

O saints apôtres ! Offrez pour moi à l’adorable Trinité, la fidélité et la persévérance avec laquelle vous avez prêché l’Evangile de par le monde, pour former à Jésus un peuple fidèle. Faites que j’aime toujours davantage Celui que vous-même avez aimé de tout votre cœur.

O saints martyrs ! Je vous en conjure, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la patience avec laquelle vous avez supporté votre martyre. Obtenez-moi que je me dépense sans compter au service de Jésus pour l’amour duquel vous avez livré votre corps à la mort.

O saints confesseurs ! Je vous en supplie, offrez pour moi à l’adorable Trinité, la sainteté héroïque en laquelle vous avez montré aux autres la voie de la vie. Faites que je m’élève au sommet de la perfection pour l’amour de Jésus  pour qui vous avez tout abandonné.

O saintes vierges ! Offrez pour moi, je vous en conjure, à l’adorable Trinité, votre pureté et votre intégrité qui vous ont mérité d’être les plus rapprochées de Dieu. Faites que je triomphe dans la chasteté de l’esprit et du corps, et en toutes choses pour l’amour de Jésus à qui vous avez consacré votre virginité.

Et Vous, Seigneur ! Précédez l’assemblée de vos saints et faites pour moi l’offrande à Dieu le Père de toute votre très sainte et parfaite vie sur terre avec le fruit de votre Passion en réparation de tous mes péchés et omissions, en sorte que par Vous, tout ce qui est de moi, reçoive son supplément et sa perfection. Amen (Jésus à sainte Mechtilde : «  Prie ainsi chacun des groupes de mes saints afin qu’ils offrent pour toi leurs mérites »).

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel et que la lumière sans fin brille sur elles.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire