MOIS DE SAINT JOSEPH 29ème jour

Notre modèle dans la Communion eucharistique

Méditons

Saint Joseph est, après Marie, le plus à même de nous enseigner à bien communier.

L’Evangile nous fait connaître les saints désirs de Siméon qui avait reçu de Dieu la consolation de ne pas mourir avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Dès qu’il a pu tenir Jésus dans ses bras, il s’est écrié : « Maintenant, Seigneur, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole, car mes yeux ont vu ton salut. » Il en va de même pour la prophétesse Anne qui « ne quittait pas le Temple servant Dieu nuit et jour dans le jeune et la prière. » Or, si Dieu excitait de tels désirs dans le cœur d’un homme destiné simplement à le recevoir dans ses bras et dans l’âme d’une femme qu’il avait choisie pour annoncer au peuple la naissance du Messie, que pourra-t-on dire de ceux de Joseph destiné à être le père, le nour­ricier, le gardien de Jésus ?

Joseph est encore notre modèle dans le désir qu’il a de servir Jésus comme son fils et comme son Dieu. Comme son fils, il sait lui donner tous les soins et lui rendre tous les devoirs du meilleur des pères, comme Dieu, il désire l’adorer comme le plus petit et le plus inutile de ses serviteurs. Comme son fils et comme son Dieu, il désire lui consacrer toute sa vie sans aucune réserve.

« C’est Joseph, dit saint Bernard, qui reçut du Ciel le Pain de vie, et la mission de le conserver soigneusement pour le bien des mortels. » « C’est lui, dit Isolanus, qui nourrit l’hostie véritable laquelle devait premièrement être immolée sur le Calvaire pour la rédemption du monde, et puis être offerte sur nos autels pour la consolation des fidèles ; c’est de la chair et du sang de son épouse que furent formés la chair et le sang du Sauveur qui nous y ser­vent de viande et de breuvage ; c’est lui qui contribua à la nourriture et à l’augmentation du précieux Corps et du Sang de Jésus que nous y recevons ; c’est à lui, en tant qu’économe de la sainte Eglise, qu’il appartient de distribuer le froment des âmes justes, et le vin qui fait germer les vierges. »

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

O bienheureux Joseph, vous que Dieu a choisi pour porter le nom et la charge d’un père à l’égard de Jésus, vous qu’il a donné comme époux très pur à Marie toujours vierge et comme chef à la Sainte-Famille sur terre, vous que le vicaire du Christ a choisi comme patron et avocat de l’Eglise universelle fondée par Jésus-Christ Lui-même, c’est avec la plus grande confiance possible que j’implore votre secours très puissant pour cette même Eglise qui lutte sur terre.

Protégez, je vous en supplie, d’une sollicitude particulière et de cet amour vraiment paternel dont vous brûlez notre pape François, tous les évêques et prêtres unis au Saint-Siège de Pierre. Soyez le défenseur de tous ceux qui peinent pour sauver les âmes au milieu des angoisses et adversités de cette vie. Soyez le refuge et le secours de tous les chrétiens persécutés pour leur foi en Jésus-Christ.

Acceptez et agréez aussi, très saint Joseph, la donation de moi-même que je vous fais pleinement. Je me voue entièrement à vous pour que vous soyez toujours pour moi un père, un protecteur et un guide sur le chemin du salut.

Obtenez-moi une grande pureté de cœur, un amour ardent de la vie intérieure. Faites que je suive aussi moi-même vos traces et que je dirige toutes mes actions à la plus grande gloire de Dieu en les unissant aux affections du divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie.

Priez enfin pour moi afin que je puisse participer à la paix et à la joie dont vous avez joui vous-même autrefois en mourant si saintement. Amen. (Léon XIII)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

Laisser un commentaire