LA FETE DE LA MISERICORDE

Ecoutons

« Les âmes périssent malgré mon amère Passion. Je leur offre une dernière planche de salut, c’est la fête de ma miséricorde ». (Petit Journal 965.)

« Je désire que la fête de la miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. En ce jour, les entrailles de ma miséricorde sont ouvertes, je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s’approcheront de la source de ma miséricorde. Toute âme qui se confessera et communiera, recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de leur punition. En ce jour, sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoulent les grâces. Qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate ». (Petit Journal 699.)

Méditons

Au cours de plusieurs apparitions à sainte Faustine Kowalska (1905-1938), Jésus a demandé, avec beaucoup d’insistance, l’institution de la « Fête de la Miséricorde ». En effet, dans le Petit Journal de sœur Faustine, nous constatons que cette demande revient jusqu’à quatorze fois ! Jésus est même très précis dans sa demande car il souhaite que cette fête soit célébrée le premier dimanche après Pâques, jour qui termine l’octave de la Résurrection : Il montre ainsi le lien étroit entre le mystère pascal et la fête de la Miséricorde (l’amour de Dieu trouve sa plénitude dans la Passion et la Résurrection de Jésus) !

Jésus a attaché à cette fête de grandes promesses. La plus importante est intimement liée à la Communion reçue ce jour-là (après une confession valide !). En effet, Jésus promet la rémission entière des fautes et des peines : c’est comme si nous avions l’occasion d’acquitter ce jour, la dette immense que nous avons contractée auprès de Dieu par nos péchés. C’est la grâce du baptême, par laquelle notre âme est lavée de tout péché, qui se renouvelle le jour de la fête de la divine miséricorde !

La fête de la miséricorde nous parle de l’amour et de la générosité extraordinaires de Dieu pour les hommes. Elle est pour nous un appel à la conversion et une occasion de commencer une vie nouvelle de véritable enfant de Dieu !

Que Marie, Mère de miséricorde, nous donne de glorifier la divine miséricorde en accueillant humblement le pardon proposé par Jésus à tous les cœurs repentants !

Prions

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Dieu, Père miséricordieux, qui as révélé ton amour dans ton Fils Jésus-Christ, et l’as répandu sur nous dans l’Esprit-Saint Consolateur, nous te confions aujourd’hui le destin du monde et de chaque homme. Penche-toi sur nos péchés, guéris notre faiblesse, vaincs tout mal, fais que tous les habitants de la terre fassent l’expérience de ta miséricorde, afin qu’en toi,  Dieu un et trine, ils trouvent toujours la source de l’espérance. Père éternel, par la douloureuse Passion et la Résurrection de ton Fils, accorde-nous ta miséricorde, ainsi qu’au monde entier. Amen. (Jean-Paul II)

Seigneur, prends pitié.

Ô Christ, prends pitié.

Seigneur, prends pitié.

Miséricorde de Dieu, qui jaillit du sein du Père, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, attribut le plus haut de la divinité, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, mystère impénétrable, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, source qui émane du mystère de la Trinité, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qu’aucune intelligence angélique ni humaine ne peut scruter, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, d’où provient toute vie et tout bonheur, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, plus sublime que les cieux, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, source de merveille étonnante, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui embrasse l’univers entier, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui descend dans le monde en la personne du Verbe Incarné, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui coule de la plaie ouverte du Cœur de Jésus, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, cachée dans le Cœur de Jésus pour nous, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui se manifeste de façon insondable dans l’Institution de l’Eucharistie, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui a fondé l’Église Sainte, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui a institué le sacrement du baptême, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous justifie dans le Christ Jésus, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous accompagne tout au long de notre vie, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous enveloppe spécialement à l’heure de notre mort, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous donne la vie éternelle, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous suit dans tous les instants de notre existence, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui convertit les pécheurs endurcis, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous protège du feu de l’enfer, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, merveille pour les anges, mystère incompréhensible pour les saints, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, présente dans tous les mystères divins, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui nous relève de toute misère, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, source de toute notre joie, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui du néant nous appelle à l’existence, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui porte dans tes mains tout ce qui existe, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui mène à sa perfection tout ce qui existe et existera, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, en qui nous sommes plongés, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, aimable réconfort des cœurs désespérés, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, en qui les cœurs reposent et en qui ceux qui sont troublés trouvent la paix, j’ai confiance en toi.

Miséricorde de Dieu, qui inspire l’espérance contre toute espérance, j’ai confiance en toi.

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, pardonne-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, écoute-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, aie pitié de nous, Seigneur.

Prions :

Dieu Éternel, dont la miséricorde est infinie et en qui le trésor de la compassion est inépuisable, regarde-nous avec bonté et comble-nous de ta Miséricorde afin que dans les moments difficiles, nous ne perdions ni courage ni espérance, mais qu’avec une confiance totale, nous nous soumettions à ta sainte volonté qui est amour et miséricorde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 9ème jour

LA FÊTE DE LA MISÉRICORDE (demain !)

« Je désire que la fête de la miséricorde soit un recours et un refuge pour toutes les âmes, et surtout pour les pauvres pécheurs. (…) je déverse tout un océan de grâces sur les âmes qui s’approcheront de la source de ma miséricorde. Toute âme qui se confessera et communiera recevra le pardon complet de ses fautes et la remise de sa punition ; en ce jour-là sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoulent les grâces ; qu’aucune âme n’ait peur de s’approcher de moi, même si ses péchés sont comme l’écarlate » (Petit Journal 699).

« Même si cette âme est en décomposition comme un cadavre, et même si humainement parlant il n’y a plus aucun espoir de retour à la vie, et que tout semble perdu, il n’en est pas ainsi selon Dieu, le miracle de la Miséricorde Divine redonnera vie à cette âme dans toute sa plénitude » (Petit Journal 1448).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi les âmes froides et immerge-les dans l’abime de ma miséricorde. Ce sont ces âmes-là qui blessent le plus douloureusement mon Cœur. Ce sont ces âmes froides qui, au jardin des oliviers, m’inspirèrent la plus grande aversion. C’est à cause d’elles que je me suis écrié : « Père, éloigne de moi ce calice, si telle est ta volonté ». Pour elles, l’ultime planche de salut est de recourir à ma miséricorde »

Méditons

Dans les Actes des Apôtres, le jour de la Pentecôte, nous voyons Pierre prendre la parole et affirmer que tout ce que les douze ont entendu et vécu est la preuve de l’amour de Dieu pour les hommes. Du coup, l’assistance réalise qu’en condamnant Jésus, elle a livré à la mort un innocent. « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? » (Actes 2, 37). Et, Pierre leur recommande de se repentir et de se faire baptiser au nom de Jésus-Christ pour obtenir le pardon de leurs péchés. Si notre cœur est endurci dans le péché,  il n’y a que le repentir, le premier effet de la miséricorde du Seigneur, qui peut nous réveiller et nous renouveler de l’intérieur !

Saint Paul nous recommande dans la lettre aux Hébreux (3, 7) : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs… » Demandons, par Marie, Mère de miséricorde, le courage pour tout homme, d’entamer un véritable chemin de conversion du cœur !

Prions

Très compatissant Jésus qui êtes la bonté même, accueillez dans la demeure de votre Cœur compatissant, les âmes froides. Dans ce feu de votre pur amour, puissent ces âmes glacées comme des cadavres qui vous emplissent d’un si profond dégoût, s’enflammer à nouveau. O très compatissant Jésus, usez de la toute-puissance de votre miséricorde et attirez-les dans le brasier de votre amour. Accordez-leur le don du saint amour car rien n’est au-delà de vote pouvoir.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père éternel, posez votre regard de miséricorde sur les âmes froides qui sont, cependant, enfermées dans le Cœur compatissant de Jésus. Père de miséricorde, je vous en supplie par l’amère Passion de votre Fils et par son agonie de trois heures sur la Croix, permettez qu’elles aussi célèbrent l’abîme de votre miséricorde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 8ème jour

LE CHAPELET À LA MISÉRICORDE DIVINE

Le Seigneur Jésus dicta à Sainte Faustine le chapelet à la Miséricorde Divine à Vilnius (Lituanie), les 13 et 14 septembre 1935, en tant que prière destinée à fléchir et à apaiser la colère de Dieu et à expier nos péchés ainsi que ceux de nos proches et du monde entier.

« Oh! quelles grandes grâces j’accorderai aux âmes qui diront ce chapelet… » (Petit Journal 848).

« Par ce chapelet tu obtiendras tout, si ce que tu demandes est conforme à Ma volonté » (Petit Journal 1731).

« Récite constamment le chapelet que Je t’ai enseigné. Quiconque le dira accédera à une grande miséricorde à l’heure de sa mort. Les prêtres le recommanderont aux pécheurs comme ultime planche de salut ; même le pécheur le plus endurci, s’il récite ce chapelet une seule fois, obtiendra la grâce de Mon infinie miséricorde » (Petit Journal 687).

« Il me plaît de leur accorder tout ce qu’elles me demanderont en disant ce chapelet. Lorsque les pécheurs endurcis le réciteront, J’emplirai leur âme de paix et l’heure de leur mort sera heureuse. Ecris cela pour les âmes affligées : lorsque l’âme verra ses péchés et en mesurera le poids, lorsque se dévoilera à ses yeux tout l’abîme de la misère dans laquelle elle s’est plongée, qu’elle ne désespère pas mais qu’elle se jette avec confiance dans les bras de ma miséricorde, comme l’enfant dans les bras de sa mère bien-aimée. (…) Dis-leur qu’aucune âme faisant appel à ma miséricorde n’a été déçue ni n’a éprouvé de honte. Je me complais particulièrement dans l’âme qui fait confiance à ma bonté. Ecris : Si l’on récite ce chapelet auprès d’un agonisant, je me tiendrai entre le Père et l’âme agonisante, non pas en tant que juge juste, mais comme sauveur miséricordieux » (Petit Journal 1541).

« A l’heure de la mort Je défends comme ma propre gloire chaque âme qui récite ce chapelet elle-même (…). Quand on récite ce chapelet auprès de l’agonisant, la colère divine s’apaise, une miséricorde insondable s’empare de son âme » (Petit Journal 811).

On récite la prière sur un chapelet. Au début : Notre Père… Je vous salue Marie… Je crois en Dieu…

Sur les gros grains du Notre Père (1 fois) : Père Eternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, Notre-Seigneur Jésus-Christ en réparation de mes péchés et de ceux du monde entier.

Sur les petits grains du Je vous salue Marie (10 fois) : Par Sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour moi et pour le monde entier.

A la fin (3 fois) : « Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel prends pitié de moi et du monde entier » (Petit Journal 476).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi les âmes qui sont dans la prison du purgatoire et immerge-les dans l’abîme de ma miséricorde, que les flots de mon sang rafraîchissent leurs brûlures. Toutes ces âmes me sont très chères, elles s’acquittent envers ma justice ; il est en ton pouvoir de leur apporter quelque soulagement. Puise dans le trésor de mon Eglise toutes les indulgences et offre-les pour elles ; ô si tu connaissais leur supplice, tu offrirais sans cesse pour elles l’aumône de ton esprit et tu paierais leurs dettes à ma justice. » (Petit Journal, 1226)

Méditons

La souffrance au purgatoire dépasse les plus grandes souffrances de la terre tout simplement parce que cette souffrance naît du désir dévorant de contempler Dieu, l’amour infini. Une telle souffrance est le signe, à la fois terrible et apaisant, de l’amour qui veut l’union parfaite et définitive. Les baptisés, cheminant encore sur cette terre, peuvent aider leurs frères et sœurs séjournant dans le purgatoire de « l’ardent désir de Dieu ». Cette aide s’appelle un « suffrage » !

Il y a diverses formes de suffrage. Le suffrage le plus précieux consiste à offrir le sacrifice de la messe pour les âmes du purgatoire. On leur applique ainsi, selon une mesure que Dieu seul connaît, l’offrande de l’agneau sans tâche qui enlève le péché du monde. D’une manière plus générale, toute prière, si humble soit-elle, pour les âmes du purgatoire, les achemine vers la pleine lumière en vertu de ce qu’on appelle « la communion des saints. » Ceux qui ont eu le souci d’aider les âmes du purgatoire, s’entendront dire au dernier jour par Jésus lui-même : « J’étais en prison, et vous m’avez visité ! »

Que Marie, Mère de miséricorde, recueille nos humbles prières pour les appliquer, enrichies de ses mérites, par voie de suffrage, aux âmes souffrantes du purgatoire !

Prions

Très miséricordieux Jésus qui avez dit vous-même vouloir la miséricorde, voici que j’amène à la demeure de votre Cœur très compatissant les âmes du purgatoire qui vous sont très chères, mais qui doivent rendre des comptes à votre justice ; que les flots de sang et d’eau jaillis de votre Cœur éteignent les flammes du feu du purgatoire, afin que, là aussi, soit glorifiée la puissance de votre miséricorde.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Éternel, jetez un regard de miséricorde sur les âmes souffrant au purgatoire mais qui sont enfermées dans le Cœur très compatissant de Jésus. Je vous implore par la douloureuse passion de Jésus, votre Fils, et par toute l’amertume dont son âme très sainte fut inondée, montrez votre miséricorde aux âmes qui sont sous votre juste regard ; ne les regarde pas autrement qu’à travers les plaies de Jésus, votre très cher Fils, car nous croyons que votre bonté et votre pitié sont sans mesure. (Petit Journal, 1227)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 7ème jour

L’HEURE DE LA MISERICORDE

En octobre 1937, à Cracovie (Pologne), le Seigneur Jésus  recommande d’honorer l’heure de sa mort et de prier, quelques instants au moins, en faisant appel aux valeurs et aux mérites de sa Passion.

« … chaque fois que tu entendras l’horloge sonner trois heures, immerge-toi toute entière en ma miséricorde en L’adorant et en la glorifiant ; fais appel à sa toute-puissance pour le monde entier (…). A cette heure-là, tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres ; à cette heure-là, grâce fut donnée au monde entier – la miséricorde l’emporta sur la justice. (…) essaie à cette heure-là de faire le chemin de croix; mais si tu ne peux pas faire le chemin de croix, entre au moins un moment à la chapelle et célèbre mon cœur qui est plein de miséricorde dans le Très-Saint-Sacrement ; et si tu ne peux entrer à la chapelle, plonge-toi dans la prière là où tu te trouves, ne serait-ce que pour un tout petit moment. J’exige de toute créature de vénérer ma miséricorde » (Petit Journal 1572).

« La source de ma miséricorde fut largement ouverte par la lance sur la croix pour toutes les âmes, je n’ai exclu personne » (Petit Journal 1182).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi les âmes qui honorent et glorifient particulièrement ma miséricorde et immerge-les dans ma miséricorde. Ces âmes ont le plus vivement compati aux souffrances de ma Passion et ont pénétré le plus profondément dans mon esprit. Elles sont le vivant reflet de mon Cœur compatissant. Ces âmes brilleront d’un éclat particulier dans la vie future ; aucune n’ira dans le feu de l’enfer ; je défendrai chacune d’elles en particulier à l’heure de la mort. » (Petit Journal, 1224)

Méditons

Jésus disait à la foule : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous » (Luc 6, 36-38). Soyons miséricordieux pour obtenir miséricorde !

Que Marie, Mère des miséricordes nous apprenne à pardonner avec le cœur !

Prions

Très miséricordieux Jésus dont le Cœur n’est qu’amour, recevez dans la demeure de votre Cœur très compatissant les âmes qui honorent et glorifient particulièrement la grandeur de votre miséricorde. Ces âmes sont puissantes de la force de Dieu Lui-même ; au milieu de tous les tourments et de toutes les contrariétés, elles avancent confiantes en votre miséricorde ; ces âmes sont unies à Jésus et portent l’humanité entière sur leurs épaules. Ces âmes ne seront pas jugées sévèrement, mais votre miséricorde les entourera au moment de l’agonie.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de miséricorde sur les âmes qui glorifient et honorent votre plus grand attribut, votre infinie miséricorde et qui sont enfermées dans le Cœur très compatissant de Jésus. Ces âmes sont un vivant Evangile, leurs mains sont pleines d’actes de miséricorde et leur âme débordante de joie chante l’hymne de la miséricorde du Très-Haut. Je vous en supplie, mon Dieu, manifestez-leur votre miséricorde selon l’espérance et la confiance qu’elles ont mises en vous ; que s’accomplisse en elles la promesse de Jésus qui leur a dit : « Les âmes qui vénéreront mon infinie miséricorde, je les défendrai moi-même durant leur vie et particulièrement à l’heure de la mort comme ma propre gloire. (Petit Journal, 1225)

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 6ème jour

LE TABLEAU DE JÉSUS MISÉRICODIEUX

Le 22 février 1931, le Seigneur Jésus apparaît à sainte Faustine dans la cellule du couvent à Plock (Pologne) et lui ordonne de peindre un tableau selon le modèle révélé en vision. « Peins un tableau selon le modèle que tu vois, avec l’inscription : Jésus, j’ai confiance en Toi. Je désire que l’on honore ce tableau, d’abord dans votre chapelle, puis dans le monde entier. Je promets que l’âme qui honorera ce tableau ne sera pas perdue. Je lui promets aussi la victoire sur ses ennemis d’ici-bas, spécialement à l’heure de la mort.  Moi-même, je la défendrai, comme ma propre gloire. (…) Je désire qu’il y ait une fête de la miséricorde. Je veux que ce tableau que tu peindras avec un pinceau soit solennellement béni, le premier dimanche après Pâques ; ce dimanche doit être la fête de la miséricorde. Je désire que les prêtres proclament ma grande miséricorde envers les âmes pécheresses. » (Petit Journal 47-49). « Je donne aux hommes un vase, avec lequel ils doivent venir puiser la grâce à la source de la miséricorde. Ce vase, c’est ce tableau, avec l’inscription : « Jésus, j’ai confiance en toi » (Petit Journal 327). « Par ce tableau j’accorderai beaucoup de grâces ; que chaque âme ait donc accès à lui » (Petit Journal 570).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-Moi les âmes douces et humbles ainsi que celles des petits enfants ; immerge-les toutes dans l’océan de ma miséricorde. Elles ressemblent le plus à mon Cœur et ce sont elles qui me fortifient dans ma douloureuse agonie. Je les voyais alors telles des anges terrestres, veillant sur mes autels. C’est sur elles que Je déverse donc mes grâces en abondance car, seule une âme humble, en qui je mets toute ma confiance, est apte à recevoir mes dons. » (Petit Journal, 1210)

Méditons

Jésus a dit : « venez à moi vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau et je vous soulagerai ; prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples car je suis doux et humble de Cœur » (Matthieu 11, 28-30). L’humilité nous fait ressembler à Jésus et rechercher l’abondance de ses grâces. Pour le comprendre, regardons vers Marie, la Mère de Miséricorde, la « créature pleinement rachetée » car « l’humble servante du Seigneur. » 

Que Marie, Mère de miséricorde, nous obtienne un grand désir d’humilité !

Prions

Très miséricordieux Jésus qui avez dit : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de Cœur », recevez dans la demeure de votre Cœur très miséricordieux les âmes douces et humbles et celles des petits enfants. Ravissant les cieux entiers, elles sont l’objet d’une affection spéciale du Père céleste ; elles sont comme un bouquet odoriférant devant le trône divin, où Dieu se délecte du parfum de leurs vertus. Faites qu’elles demeurent longtemps dans votre Cœur, chantant sans cesse l’hymne de l’amour et de la miséricorde de Dieu.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de compassion sur les âmes douces et humbles et sur celles des petits enfants qui sont particulièrement chères au Cœur de votre Fils. Par leur naturel, elles sont à tel point semblables à Jésus, qu’elles possèdent un pouvoir inconcevable devant le trône de Dieu, « Père de toutes consolations ». Nous vous supplions donc, Père de miséricorde et de toute bonté, par amour pour ces âmes en qui vous avez mis vos complaisances, bénissez le monde entier afin que tous les hommes puissent, ensemble, rendre une gloire incessante à votre miséricorde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 5ème jour

Sainte Faustine fit des efforts pour discerner le plan de Dieu concernant la fondation d’une nouvelle congrégation. Dans cette intention elle offrit à Dieu de nombreuses prières et souffrances. En juin 1935, à Vilnius (Lituanie), elle écrit : « Dieu exige qu’il y ait une congrégation qui annoncera sa miséricorde au monde et qui par ses prières l’obtiendra pour le monde. » (Petit Journal 436)

« Je désire qu’une telle congrégation existe. » (Petit Journal 437)

« J’ai vu le couvent de cette nouvelle congrégation. C’est un bâtiment très large et très grand ; j’en ai visité chaque partie, l’une après l’autre, et j’ai vu que, partout, la divine providence avait pourvu à tout ce qui était nécessaire. (…) Durant la messe, la lumière vint en moi et la profonde compréhension de toute cette œuvre ne laissa pas l’ombre d’un doute dans mon âme. Le Seigneur m’a fait connaître sa volonté comme en trois tâches, mais qui ne font qu’une.

La première : c’est que les âmes séparées du monde brûleront en offrande devant le trône de Dieu et imploreront miséricorde pour le monde entier ; elles obtiendront par leurs prières la bénédiction pour les prêtres et prépareront le monde, par leurs prières, à l’avènement final de Jésus.

La deuxième : c’est la prière unie à l’acte de miséricorde. Elles défendront particulièrement les âmes des enfants contre le mal. Prière et acte de miséricorde contiennent en eux tout ce que ces âmes devront mettre en œuvre, et en leur sein peuvent être admises même les plus pauvres ; elles essaieront d’éveiller l’amour et la miséricorde de Jésus dans ce monde égoïste.

La troisième : c’est la prière et l’empressement à la miséricorde, sans aucune obligation de vœux, mais ce faisant, elles auront part à tous les mérites et privilèges de l’ensemble.

Cette troisième tâche peut concerner tous les gens vivant dans le monde. Ils devront accomplir au moins un acte quotidien de miséricorde, car il peut y en avoir beaucoup, puisqu’il est facile de le faire pour chacun, même pour le plus pauvre, car l’accomplissement de la miséricorde est triple : la parole miséricordieuse, par le pardon et la consolation ; deuxièmement, là où tu ne peux pas prendre la parole, prier – et cela est miséricorde ; troisièmement, les actes de miséricorde. Et lorsque viendra le dernier jour, nous serons jugés sur cela et, selon cela, sera prononcé notre jugement pour l’éternité. » (Petit Journal 1154-1158)

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi les âmes des hérétiques et apostats ; immerge-les dans l’océan de ma miséricorde. Ce sont elles qui, dans mon amère agonie, me déchiraient le Corps et le Cœur, c‘est à dire l’Eglise. Mais lorsqu’elles s’unissent de nouveau à l’Eglise, mes blessures se cicatrisent et j’éprouve une consolation dans ma Passion. » (Petit Journal, 1210)

Méditons

L’Evangile nous dit que la tunique de Jésus était tout d’une pièce et qu’elle ne fut pas divisée par les soldats qui la tirèrent au sort. Saint Augustin voit dans la tunique de Jésus qui n’est pas partagée, le symbole de l’unité de l’Eglise. Si Jésus est celui qui réalise l’unité des croyants, il appartient néanmoins aux hommes de la préserver !

Que Marie, Mère de miséricorde, nous donne d’œuvrer par la prière, par la parole et par l’action à l’unité de l’Eglise !  

Prions

Très miséricordieux Jésus, qui êtes la bonté même et qui ne refusez pas la lumière à ceux qui vous la demandent, recevez dans la demeure de votre Cœur très miséricordieux les âmes des hérétiques, des apostats et de tous ceux qui errent dans la foi. Que votre lumière les attire à l’unité de l’Eglise. Ne les rejetez pas de votre protection mais faites qu’eux aussi glorifient la largesse de votre miséricorde.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de compassion sur les âmes des hérétiques et des apostats qui, persistant obstinément dans leurs erreurs, ont gaspillé vos dons et abusé de votre grâce. Ne regardez pas leurs méchancetés mais l’amour et l’amère Passion de votre Fils qui vous priait avec tant de ferveur pour qu’ils retrouvent au plus tôt cette unité et que de concert avec nous, ils glorifient votre miséricorde dans les siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 4ème jour

PROPAGATION DU CULTE DE LA MISÉRICORDE DIVINE

« … fais ce qui est en ton pouvoir pour étendre la vénération de ma miséricorde, je suppléerai à ce qui te manque. Dis à l’humanité douloureuse de se blottir dans mon Cœur miséricordieux et je la comblerai de paix. (…) Quand l’âme s’approche de moi avec confiance, Je la comble de tant de grâces qu’elle ne peut les contenir toutes et qu’elle rayonne sur les autres âmes. Les âmes qui propagent la vénération de ma miséricorde, Je les protège durant toute leur vie, comme une tendre mère son nourrisson » (Petit Journal 1074).

« Aux prêtres qui proclameront et glorifieront ma miséricorde, je donnerai une force extraordinaire, je bénirai leurs paroles et je toucherai les cœurs auxquels ils s’adresseront » (Petit Journal 1521).

« Tu dois témoigner aux autres la miséricorde, toujours et partout, tu ne peux pas t’en écarter, ni t’excuser, ni te justifier. Je te donne trois moyens pour exercer la miséricorde envers le prochain: le premier – l’action, deuxième – la parole, le troisième – la prière; ces trois degrés renferment la plénitude de la miséricorde et c’est la preuve irréfutable de l’amour envers moi. De cette manière, l’âme glorifie et honore ma miséricorde » (Petit Journal 742).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi les païens et ceux qui ne me connaissent pas encore. Dans mon amère Passion, J’ai également pensé à eux et leur zèle consolait mon Cœur. Immerge-les maintenant dans l’océan de ma miséricorde. » (Petit Journal, 1210)

Méditons

Dans sa Passion, Jésus s’est donné pour tout homme ; son sacrifice sur la Croix témoigne d’un amour incommensurable pour Dieu et pour l’humanité. Par son obéissance aimante, Il rend toute gloire à Dieu ; en disant « J’ai soif », Il manifeste son désir ardent du salut des âmes. Cette soif, il souhaite que nous l’apaisions en faisant connaître son amour miséricordieux à tout homme. En effet, on ne saurait témoigner d’avantage de charité pour Dieu et pour le prochain, qu’en amenant ceux qui L’ignorent  à connaitre Jésus, la source du salut, l’essence même de la joie !

Que Marie, Mère de miséricorde, nous donne un cœur d’apôtre !   

Prions

Très Miséricordieux Jésus, qui êtes la lumière du monde, accueillez dans la demeure de votre Cœur très miséricordieux les âmes des païens et incroyants qui ne vous connaissent pas encore. Que les rayons de votre grâce les éclairent afin qu’ils puissent, de concert avec nous, chanter éternellement les merveilles de votre miséricorde.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de compassion sur les âmes des païens et sur celles de tous ceux qui ne vous connaissent pas encore. Elles aussi sont enfermées dans le Cœur très miséricordieux de votre Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ. Gagnez-les à la lumière de l’Evangile afin qu’elles comprennent combien est grand le bonheur de vous aimer. Faites qu’eux aussi glorifient, dans les siècles les largesses de votre miséricorde. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 3ème jour

LE MESSAGE DE LA MISÉRICORDE DIVINE

C’est à Sainte Faustine, une religieuse polonaise de la congrégation de Notre-Dame de la Miséricorde qui avait une confiance illimitée en Dieu, que le Seigneur Jésus confia une grande mission : le message de la miséricorde adressé au monde entier. Sa mission consiste à transmettre de nouvelles prières et formes du culte de la miséricorde divine pour rappeler la vérité oubliée sur l’amour miséricordieux du Seigneur envers chaque homme. Dans ce message, le Dieu de miséricorde se révèle en Jésus Christ notre Sauveur comme Père d’amour et de miséricorde, particulièrement envers les malheureux, les égarés et les pécheurs.

« Tu es la secrétaire de ma miséricorde, je t’ai choisie pour cette fonction dans cette vie et dans la vie future » (Petit Journal 1605). « … ton devoir est d’écrire tout ce que je te fais connaître à propos de ma miséricorde au profit des âmes qui, en lisant ces écrits, seront consolées et auront le courage de s’approcher de moi » (Petit Journal 1693).

« Aujourd’hui, Je t’envoie vers toute l’humanité avec ma miséricorde. Je ne veux pas punir l’humanité endolorie, mais je désire la guérir en l’étreignant sur mon Cœur miséricordieux (…) ; avant le jour de la justice, J’envoie le jour de la miséricorde » (Petit Journal 1588).

Le Sauveur désire que le monde entier connaisse de nouvelles formes du culte de la miséricorde divine et qu’il connaisse également les promesses qui y sont attachées. Le Seigneur s’engage à tenir ces promesses à condition que nous ayons confiance en la bonté de Dieu et que nous soyons miséricordieux envers le prochain.

« J’ai ouvert mon cœur, en tant que source vivante de miséricorde ; que toutes les âmes y puisent la vie, qu’elles s’approchent de cet océan de miséricorde avec une très grande confiance. Les pécheurs obtiendront justification et les justes seront affermis dans le bien » (Petit Journal 1520).

« … le pécheur comme le juste ont besoin de ma miséricorde. La conversion comme la persévérance sont une grâce de ma miséricorde » (Petit Journal 1577).

« Les grâces de ma miséricorde se puisent à l’aide d’un unique moyen – et c’est la confiance. Plus sa confiance est grande, plus l’âme reçoit » (Petit Journal 1578).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi toutes les âmes pieuses et fidèles, immerge-les dans l’océan de ma miséricorde. Ces âmes m’ont réconforté sur le chemin du calvaire, elles étaient cette goutte de consolation, au milieu d’un océan d’amertume. »  (Petit Journal, 1210)

Méditons

« Tout est grâce », nous dit sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ! En effet, aussi bien la conversion du cœur que la persévérance dans le bien, sont avant tout des dons de l’amour miséricordieux du Seigneur. De nous-mêmes, nous ne sommes capables de rien faire ; ce n’est qu’en Jésus, qui a « vaincu le monde », que nous sommes en mesure d’accomplir la volonté de Dieu !

Que Marie, Mère de la miséricorde, nous obtienne un cœur reconnaissant pour Jésus, notre Sauveur victorieux de la mort, ainsi que suffisamment d’humilité pour accepter notre totale dépendance vis-à-vis de la miséricorde de Dieu !

Prions

Très miséricordieux Jésus, qui accordez surabondamment les grâces du trésor de votre miséricorde, recevez tous les fidèles chrétiens dans la demeure de votre Cœur très miséricordieux et ne nous en repoussez à jamais. Nous vous en supplions par l’amour inconcevable, dont brûle votre Cœur pour le Père céleste.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Éternel, jetez un regard de compassion sur les âmes fidèles, héritage de votre Fils et, par les mérites de sa douloureuse Passion, accordez-leur votre bénédiction et enveloppez-les de votre protection perpétuelle afin qu’ils ne perdent pas l’amour et le trésor de la sainte foi mais qu’avec le chœur des anges et des saints, ils louent éternellement votre miséricorde infinie. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 2ème jour

Le texte que Jésus a souhaité sur l’image est : « Jésus, j’ai confiance en toi ». Jésus dit à sœur Faustine que beaucoup de bénédictions émaneront de cette image. Les rayons rouges et bleus symbolisent les sacrements de l’Eucharistie et du Baptême, sacrements pascals par excellence. 

Jésus à sœur Faustine au sujet du tableau : « Mon regard sur cette image est le même que celui que j’avais sur la croix » (Petit Journal, 326).

« J’ai vu aujourd’hui la gloire de Dieu se répandre par cette image. Beaucoup d’âmes obtiennent des grâces, même si elles n’en parlent pas publiquement. Bien que les vicissitudes de cette image soient de toutes sortes, Dieu en retire de la gloire et les efforts de Satan et des mauvaises personnes se brisent et sont anéantis. Malgré la méchanceté de Satan, la miséricorde divine va triompher sur le monde entier et sera adorée par toutes les âmes » (Petit Journal, 1789).

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi les âmes sacerdotales et religieuses ; immerge-les dans mon insondable miséricorde. Elles m’ont donné la force d’endurer ma douloureuse Passion ; c’est par elles, comme par des canaux, que se déverse sur l’humanité ma miséricorde. » (Petit Journal, 1210)

Méditons

« Le sacerdoce, c’est l’amour du Cœur de Jésus » nous dit le saint Curé d’Ars. En effet, pour que l’humanité soit toujours immergée dans la miséricorde divine dont elle a un besoin vital (sans même en avoir conscience !), Jésus a institué le sacerdoce. Les prêtres sont le canal par lequel s’épanche la miséricorde infinie de Dieu : c’est par les sacrements de l’Eglise, institués par Jésus-Christ Lui-même et dispensés par les prêtres, que nous avons part aux fruits de la rédemption !

Afin que nous-mêmes puissions bénéficier des trésors de la miséricorde infinie de Dieu, il faut que les canaux par lequel elle passe, soient suffisamment nombreux et bien dégagés. En d’autres mots, les prêtres doivent être suffisamment nombreux mais aussi de véritables témoins de la miséricorde de Dieu. Pour cela, il nous revient de prier pour les vocations sacerdotales et religieuses selon le mandement de Jésus, « Priez donc le maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson », (Matthieu 9, 37) mais aussi pour la sainteté des prêtres !

Que Marie, Mère de miséricorde, nous obtienne des prêtres selon le Cœur de Dieu !

Prions

Très miséricordieux Jésus, qui êtes la source de tout bien, multipliez les grâces dans l’âme de vos prêtres, religieux et religieuses, afin qu’ils accomplissent dignement et avec profit les actes de miséricorde, et que – par la parole et l’exemple – ils amènent leur prochain à rendre au Père de miséricorde, qui est dans les cieux, la glorification qui Lui est due.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de compassion sur les élus de votre vigne, les prêtres et les religieux en les comblant de la plénitude de votre bénédiction. Par les sentiments du Cœur de votre Fils, accordez-leur lumière et force, afin qu’ils puissent conduire les autres sur le chemin du salut et glorifier avec eux sans cesse votre miséricorde sans borne. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.

NEUVAINE DE LA MISERICORDE DIVINE : 1er jour

C’est Jésus Lui-même qui ordonna à sainte Faustine d’écrire cette neuvaine et de la réciter avant la fête de la miséricorde, le 1er dimanche après Pâques. On la commence le Vendredi-saint.

« Je désire que durant neuf jours, tu amènes les âmes à la source de ma miséricorde afin qu’elles y puisent force et fraicheur ainsi que toutes les grâces dont elles ont besoin dans les difficultés de la vie et surtout de la mort. Chaque jour, tu amèneras à mon Cœur un groupe différent de ces âmes et tu les plongeras dans l’océan de ma miséricorde. Moi, je ferai entrer toutes ces âmes dans la demeure de mon Père. Tu feras cela dans cette vie et dans l’autre. Je ne refuserai rien aux âmes que tu amèneras à la source de ma miséricorde. Chaque jour, par ma douloureuse Passion, tu solliciteras de mon Père des grâces pour ces âmes » (Petit Journal, 1209)

Ecoutons

« Aujourd’hui, amène-moi l’humanité entière et particulièrement tous les pécheurs ; immerge-la dans l’océan de ma miséricorde. Tu me consoleras ainsi dans cette amère tristesse dans laquelle me plonge la perte des âmes. » (Petit Journal, 1210)

Méditons

Jésus a dit « Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jean 15, 13) ! Joignant l’exemple à la parole, Il s’est donné pour chacun d’entre nous dans sa Passion. C’est pour l’humanité entière mais aussi pour chaque âme en particulier que Jésus s’est livré et qu’Il a accepté de vivre sa Passion. Chaque âme est aimée de Jésus avec la puissance et la fougue même d’un Dieu ! Ce mystère de l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous est tellement grand, tellement incompréhensible au regard de ce que nous sommes, qu’il ne pourra être vraiment compris que dans l’éternité !

« Frères, au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (Corinthiens 5,20) nous dit saint Paul. Ne permettons-pas que le sang de Jésus ait été répandu en vain et laissons Jésus nous conduire aux joies de la vie éternelle qui commencent dès ici-bas si nous menons une véritable vie d’enfant de Dieu !

Que Marie, Mère de la miséricorde, nous obtienne de nous laisser émouvoir par l’immensité de l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous et qu’elle nous conduise sur le chemin d’une véritable conversion du cœur !

Prions

Très miséricordieux Jésus, dont le propre est d’avoir pitié de nous et de nous pardonner, ne regardez pas nos péchés mais la confiance que nous avons en votre infinie bonté ; recevez-nous dans la demeure de votre Cœur très compatissant et ne nous en laissez pas sortir pour l’éternité. Nous vous en supplions par l’amour qui vous unit au Père et au Saint Esprit.

1 dizaine du chapelet (Notre Père… 10 Je vous salue Marie… Gloire au Père…)

O mon Jésus pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer ; conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde.

Père Eternel, jetez un regard de miséricorde sur toute l’humanité enfermée dans le Cœur très compatissant de Jésus, particulièrement sur les pauvres pécheurs ; par sa douloureuse Passion, témoignez-nous votre miséricorde afin que nous glorifiions la toute-puissance de votre miséricorde pour les siècles des siècles. Amen.

Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles défunts reposent en paix. Amen.